Les nouveaux consacrés formaient déjà, depuis mars 2022, avec trois diaconesses, un « noyau » en charge d’imaginer la Communauté de demain. Et ce 24 mars 2024, le choix des diaconesses de devenir une communauté élargie, accueillant des couples, familles et célibataires, est devenu une réalité. Les neuf membres ont prononcé leurs engagements au côté des sœurs lors d’un culte festif à la chapelle. Dans le cadre d’un mandat de 4 ans renouvelable, ils perpétuent l’œuvre de prière, d’accueil et de soins à Saint-Loup, mais ont également déjà commencé à innover !

Les membres vivent à Saint-Loup ou dans les environs de Pompaples. Certains sont employés par la Communauté alors que d’autres s’investissent, selon les besoins, lors de leur temps libre. Leur motivation vient de leur relation communautaire et individuelle avec Dieu en qui ils ont foi.

Le plateau de Saint-Loup est sujet à de grands changements d’ici à l’horizon 2035. Le village thérapeutique et le nouveau concept de santé sont des projets d’avenir qui prennent forme en partie grâce à l’investissement de ces nouveaux membres. Avec les diaconesses et le soutien de l’Institution des diaconesses de Saint-Loup, ils participent à la renaissance du lieu.

Photos de Céline Egger

Nous avons eu la joie de voir l’École de La Bergerie prendre ses quartiers au Pavillon Urech. Cet emménagement a déjà permis l’augmentation de sa capacité d’accueil.

Chaque jour, nous voyons les enfants hébergés au Pavillon Germond grandir et évoluer, par exemple dans l’apprentissage du vélo à deux roues. Ils ne manquent pas de nous interpeller au passage en criant : ”Babouchka, babouchka !” afin d’attirer notre attention sur leurs nouveaux exploits. Quel bonheur de partager avec eux quelques instants spontanés qui témoignent de l’insouciance nécessaire à la vie de chaque enfant.

Nombreuses furent les séances du Comité de pilotage – CoPil « Avenir Saint-Loup » et des autres groupes de travail et de prière créés durant cette année. Nous avons mis en oeuvre une réflexion approfondie concernant la « Stratégie Avenir Saint-Loup 2035 ». Je remercie très chaleureusement chacun des membres des groupes de travail ainsi que ceux du CoPil pour leur disponibilité, motivation et compétences partagées et fructueuses.

Les domaines identifiés pour assurer un développement cohérent de nos différentes missions sur le plateau en lien avec notre vision sont toujours en phase d’étude et d’approfondissement. Comme déjà évoqué, nous travaillons activement sur les quatre domaines suivants : Vie communautaire et accueil ; Village thérapeutique ; Concept Santé ; Partenaires accomplissant leur mission propre dans les différents bâtiments du plateau.


Nous sommes dans la reconnaissance de l’excellente et constructive dynamique entre ces différents domaines et nous nous réjouissons de vous présenter notre stratégie 2035 dans le courant de cette année 2024.

Anne-Lise Sprunger, Présidente du CoPil « Avenir Saint-Loup »

Mot du Président de l’Institution

Suite à une étude de faisabilité effectuée en 2014, le projet de regrouper les 3 sites de l’École de Soins et de Santé Communautaire (ESSC) sur Saint-Loup va enfin voir le jour.
Il y a donc plus de 10 ans que le rêve, porté par la Communauté et soutenu par différents partenaires, va devenir une réalité puisque le Grand Conseil vaudois a validé, le 30 janvier 2024, la demande du Conseil d’Etat de fournir à l’ESSC la garantie de crédit de CHF 43 850 000.- utile à financer la construction du nouvel établissement de formation sur le site de Saint-Loup.
J’en suis particulièrement heureux et je tiens à remercier nos autorités pour la confiance manifestée.
La formation du personnel de santé fait partie de l’ADN de Saint-Loup, puisque dès sa fondation Louis Germond a eu à coeur de former les diaconesses disposées à se dévouer au soin des malades. C’est en 1947 déjà que la Croix-Rouge délivrera la reconnaissance du site de formation. Cette décision permettra donc de pérenniser la vocation de Saint-Loup démontrée jusqu’à ce jour.

Mais pour arriver à cette étape, le chemin a été particulièrement long et ardu. Je n’ose plus compter les heures passées en séances diverses, les moments d’interrogation et d’inquiétude voire parfois de désespoir.
Appuyés par le Conseil de fondation de l’école, soutenus par les autorités locales, nous avions néanmoins les bonnes armes pour convaincre que Saint-Loup était parfaitement adapté à la mission.
Je tiens à remercier toutes celles et ceux qui, par leur action, leur travail, leurs conseils, leur patience et leur ténacité ont permis de franchir cette importante étape.
Reste maintenant à réaliser ce qui était encore un projet. La commission de construction, les architectes, les mandataires se sont déjà mis au travail mais la réalité visible pour tout un chacun sera pour la fin de ce printemps 2024.

Jacques-André Chezeaux, Président du Conseil de fondation de l’Institution des diaconesses de Saint-Loup

Photo Copyright François Doleyres

Les diverses étapes de l’année vécue nous ont permis de consolider les liens entre les personnes ayant ces deux types d’engagement. Pour mémoire, le noyau de la nouvelle Communauté est constitué de quatre couples, une célibataire et deux diaconesses, qui font le lien avec les dix-neuf autres diaconesses. 2024 verra l’arrivée de plusieurs familles qui désirent s’intégrer dans la Communauté. Nous nous réjouissons beaucoup d’intégrer toutes les générations. Pour officialiser cette nouvelle forme de communauté, des statuts et directives internes ont été travaillés tout au long de l’année et sont actuellement en consultation. Un groupe de travail réfléchit aussi à la rénovation de la Maison Butini. En effet, nous souhaitons en faire un foyer de vie communautaire.

Dans les activités, le noyau de la Communauté élargie prend toujours plus sa place. Ses membres s’investissent dans les cultes, les temps de prière et pour l’animation des retraites lors des fêtes, mais aussi dans le ministère « à la Montagne de prière ».

Voici quelques temps forts qui ont contribué à exprimer notre vie communautaire et notre ministère :

En mars, le noyau de la Communauté élargie et d’autres membres des conseils de Saint-Loup ont vécu un voyage en Israël pour construire des ponts avec les communautés messianiques de ce pays.
En avril, Soeur Lucienne Wehrle a exprimé le désir d’arrêter son mandat de Soeur responsable. Nous avons rendu grâce pour ses dix années de responsabilité lors d’un culte au mois de juin. Des portes se sont ouvertes pour elle dans un ministère en lien avec le poste de l’Armée du Salut d’Yverdon-les-Bains.
En mai, après plusieurs années de maladie, Soeur Elisabeth Schmutz nous a quittés pour rejoindre son Seigneur. Au cours des derniers mois de sa vie, elle a été capable d’écrire un livre retraçant son parcours de vie et de ministère. Elle laisse ainsi un héritage précieux pour les générations à venir.
En fin d’année, Soeur Laurence Perdrix a été nommée au Conseil des diaconesses et elle les représentera dans les différents conseils.
Durant l’été, l’école chrétienne La Bergerie s’est établie sur le plateau de Saint-Loup. En septembre, nous avons vécu une semaine spéciale avec les élèves et leurs enseignants pour faire connaissance en partageant l’histoire et le vécu de la Communauté.
Plusieurs temps festifs ont jalonné l’année : les retraites autours des fêtes chrétiennes, la fête annuelle au mois d’août, des concerts, le mariage d’un couple proche de la Communauté et des repas au cours desquels nous avons fait la connaissance des familles intéressées à rejoindre la Communauté.

Tout au long de l’année, la Communauté se développe au travers de ses rencontres. Le noyau de la nouvelle Communauté élargie se retrouve tous les mercredis soir, et les diaconesses un vendredi sur deux.

Parcourir cette année fait défiler devant nos yeux les visages des nombreux collaborateurs, membres des conseils ou groupes de travail, mais aussi des bénévoles et amis qui rendent possible toutes ces activités.
Au cours de cette année, nous avons vécu le départ à la retraite de notre collaboratrice Snezana Aleksic et nous avons fêté Chantal Maquelin pour trente ans de service au secrétariat et à la comptabilité. Il y a aussi eu les 10 ans d’Anne-Lise Sprunger, comme responsable du ministère « à la Montagne de prière » et de Fatima Fernandes au service de l’intendance. Nous sommes toujours réjouis de la bonne collaboration avec la cuisine et le service technique des eHnv.
Merci à tous pour le temps consacré, les efforts consentis, l’amitié partagée et merci à tous ceux qui nous portent fidèlement dans leur prière et par leurs dons. Comme dans un corps, chaque partie est essentielle et nous sommes reconnaissants pour l’apport de chacun !

À vous tous qui nous lisez, nous tenons à vous remercier pour votre intérêt et votre soutien qui nous sont très précieux dans ces temps de transformation de la Communauté.

Philippe Bottemanne et Soeur Laurence, pour la Communauté de Saint-Loup

La première dimension est celle de la vie spirituelle de la Communauté.
Malgré ses nombreuses activités et ses grands projets, la vie spirituelle nourrie par la prière et l’écoute est au coeur de ce qui se vit à Saint-Loup. C’est à la fois notre héritage et notre intentionnalité ! Celle-ci s’exprime avec des temps de prière quotidiens à la chapelle comme dans les groupes de travail, les cultes hebdomadaires et les fêtes chrétiennes annuelles auxquels nos membres et nos hôtes participent.
Cependant, il faut que notre vie spirituelle s’enracine plus profondément qu’au travers d’activités. Elle doit tirer sa substance dans la relation personnelle et vivante avec le Christ et le Père céleste.
En nous engageant sur ce terrain, nous faisons l’expérience que cette relation « vient nous chercher » dans le profond de notre être pour faire de nous ces vases de terre qui contiennent le trésor de la présence de Dieu (cf. 2 Cor 2.7).
C’est pour cette raison que nous encourageons chacun à se laisser modeler par la Parole et l’Esprit pour faire pleinement partie de ce que Dieu veut construire avec nous. C’est ainsi que nous sommes de plus en plus « habités » par la vision et le ministère que Dieu a confié à Saint-Loup.

La deuxième dimension est celle de la vie communautaire et de son développement.
Nous avons cheminé avec le « noyau » avec ses 9 postulants (une célibataire et 4 couples) vers l’étape importante de l’engagement avec consécration à l’appel du Christ dans le ministère de Saint-Loup. Cette étape, qui a eu lieu le 24 mars 2024, inaugure la Communauté élargie en intégrant officiellement les nouveaux membres aux diaconesses.
Malgré les faiblesses de l’âge, celles-ci font pleinement partie du processus. Elles ont aussi leurs propres activités auxquelles nous participons avec beaucoup de joie.
La vie cultuelle occupe une place importante du ministère avec ses deux cultes hebdomadaires (jeudi soir et dimanche matin).
Nous avons poursuivi les échanges avec des personnes intéressées et nous sommes actuellement en relations avec 3 familles, dont une qui va nous rejoindre cet été.
2023 a été marqué par le départ de notre chère Soeur Elisabeth pour rejoindre son Seigneur. Elle laisse derrière elle un grand vide, mais aussi un magnifique héritage au travers notamment de son livre.

Enfin la troisième dimension du ministère pastoral est celle de l’implication dans les projets « Avenir Saint-Loup ».
Je ne peux que répéter ce que j’ai écrit l’année dernière : Saint-Loup est une « ruche » qui travaille sur de nombreux projets coordonnés par le « CoPil » (Comité de Pilotage) sous la présidence éclairée d’Anne-Lise Sprunger. Le fait d’être membre du CoPil permet d’être en prise avec la dynamique globale du plateau, ce qui est très important pour le cheminement de la Communauté.
Pour conclure, nous tenons à remercier tous nos collègues pour la qualité de leur engagement, leurs compétences et leur amitié au service de la vision de Saint-Loup.
Par-dessus tout, nous remercions notre Dieu que nous avons vu si souvent à l’œuvre tout au long de cette année tant dans nos personnes que dans ce qui se passe à Saint-Loup.

Philippe et Maya Bottemanne, couple pastoral de la Communauté de Saint-Loup

Re-SOURCE
Une vingtaine de jeunes mamans ont pu se retrouver, durant l’année écoulée, pour des journées re-SOURCE. C’est plein de reconnaissance que nous avons accueilli des collaboratrices de l’accueil « à la Montagne de prière » et des Bergères pour transmettre une belle portion de leur vie à ces jeunes femmes ! Les retours des mamans sont positifs et nous sommes encouragés car plusieurs d’entre elles apprécient en particulier les temps de cœur à cœur avec Dieu. C’est deux heures qu’elles ont seules, à disposition, « rien que pour cela ». Elles prennent goût à consacrer du temps à part et à se laisser rencontrer par Dieu. Merci à toutes les personnes bénévoles qui s’occupent des enfants sur le plateau durant ces journées, c’est précieux !

PEM – Prière, écoute et marche
Quelle joie de se retrouver en communauté et avec des intercesseurs venant de l’extérieur, fidèles, chaque premier lundi du mois de 9 heures à 11 heures pour passer du temps dans la présence du Seigneur. La proclamation de Sa parole, la méditation biblique apportée par l’un d’entre nous, nous conduit dans la reconnaissance envers notre Dieu et tous ses bienfaits. Nous Lui exposons les différents sujets et projets en cours à Saint-Loup. Les prières nourries par les impulsions de L’Esprit, que chacun reçoit, nous émerveillent et nous encouragent. Nous sommes alors témoins d’exaucements et de stratégies données, en son temps, par le Seigneur.

Parole et guérison – Séminaire d’une semaine
Trois séminaires de Parole et guérison sont proposés chaque année. Entre 12 et 14 participants peuvent s’inscrire et sont entourés par une belle équipe d’accompagnants, formés, bienveillants et à l’écoute de notre Seigneur. Un temps d’enseignement le matin, d’atelier et d’entretien l’après-midi permettent à chacun d’avancer dans leur parcours de vie.
Ces extraits de témoignages sont un encouragement à se mettre à disposition de Dieu pour le laisser agir en nous.

Témoignages

Pour ma part, je dirais que j’ai été vraiment bénie. Dans l’enseignement que nous avons reçu, une parole m’a marquée, celle-ci disait : « dans notre vie nous avons été tricotés et Dieu nous détricote », c’est ce que j’ai vécu durant cette semaine. Dans les entretiens, à l’écoute de Dieu et en présence de mes deux accompagnatrices, j’ai pu vivre ce détricotage. Non seulement Dieu est là mais Il nous parle et Il met le point sur les blessures, les peurs, etc. qu’Il veut guérir, Il remet les choses à leurs places. Il nous libère et nous restaure comme Lui seul sait le faire.
Dans l’enseignement, il y a eu une autre parole qui disait que, à certains endroits de nos coeurs, personne ne peut y aller, sinon Dieu seul et c’est une bénédiction lorsque cela se produit ; on se sent enfin libre, restauré et la joie peut venir : on est transformé. P.

J’ai beaucoup reçu en écoutant les enseignements et témoignages des accompagnants qui rappellent avec justesse comment nous sommes appelés nous, enfants de Dieu, à marcher dans le règne de la grâce que Jésus seul nous donne. Les entretiens de relations d’aide m’ont permis de reprendre une marche intérieure vers cette grâce.
J’ai découvert que beaucoup de mes déceptions, blessures et luttes de mon passé n’avaient pas été pleinement exprimées. J’ai pu grâce à cette semaine entamer un chemin de restauration pour moi-même dont j’avais urgemment besoin. Les moments partagés avec l’ensemble des participants, notamment lors des ateliers artistiques m’ont aussi particulièrement plu.
Je suis très reconnaissante pour cette semaine qui invite chaque participant selon moi, à apprendre à s’aimer et à se découvrir un peu plus à travers la bienveillance et les révélations de notre Père céleste ! P.P.

Je suis venu au séminaire Parole et guérison avec mon épouse. J’ai des problèmes récurrents d’oppression en raison de divers traumatismes vécus dans l’enfance, puis une jeune adolescence donnée aux sciences occultes. Nous avons été accueillis comme des anges à Saint-Loup, avec beaucoup d’amour et dans la douceur de Jésus. On se sentait important pour le Seigneur. Néanmoins, je me sentais souvent oppressé le jour et la nuit. Les temps d’entretiens étaient comme une oasis bienfaisante. Là, on priait et j’ai pu confesser des choses très difficiles, alors que la compassion et le non jugement de mes deux accompagnateurs m’ont mis en confiance. J’ai eu l’occasion de proclamer la Parole de Dieu avec eux. Je me sens encore oppressé, mais cette douleur qui m’amenait dans un gouffre a disparu. Le lendemain je l’ai dit à mes accompagnants. Je me sentais comme en train de vivre un miracle…. Guérison ou délivrance, Dieu le sait… Je me sens plus uni avec moi-même. Et l’oeuvre bienfaisante de Dieu continue !
Merci à tous les frères et soeurs et leur don de soi très touchant. Ils nous montrent que le Ciel n’est pas loin… K.

Les Bergères
En septembre, lors de la reprise des Journées Bergères, nous avons eu la joie d’accueillir plusieurs nouvelles participantes venant de différentes régions et églises de Suisse romande. Nous avons également vu la région Riveria-Chablais s’ouvrir tout à nouveau avec un très beau groupe d’une dizaine de femmes motivées.

C’est ainsi que nous nous rencontrons plusieurs fois par année. Chaque année nous sommes un groupe d’environ quatre-vingts femmes présentes aux Journées Bergères. À tour de rôle et par groupe de région, elles assurent la présidence des matinées. C’est l’occasion pour les unes et les autres de témoigner de leur vie et de leur engagement sur le terrain, là où Dieu œuvre avec elles de manière remarquable. À chaque fois nous sommes émerveillés de voir la fidélité de Dieu, l’amour et l’engagement des Bergères, que ce soit dans leur famille, auprès de leurs amis, ou plus largement dans le monde professionnel. Oui ces journées sont des lieux où un vent de foi, de joie et de communion souffle, nous conduisant plus loin sur notre chemin et plus près de notre Seigneur. Que c’est motivant !

Anne-Lise Sprunger, responsable du ministère «à la Montagne de prière»

C’était touchant de réfléchir avec elle à la mise en page de son texte et à la création de la couverture. Ce livre a été l’occasion pour Saint-Loup de se lancer concrètement dans l’aventure de la publication et de la diffusion d’ouvrages.
Comme nous avons pu le mettre en avant sur notre site web, les Éditions de Saint-Loup « ont pour but de communiquer les richesses de la foi chrétienne. Les thèmes concernent en particulier la vie communautaire, la guérison et la croissance de l’être intérieur, ainsi que la vocation ».
En novembre 2023, nous avons reçu les cartons qui contiennent 1200 exemplaires de la deuxième édition en français du recueil « Prières et proclamations prophétiques » du Dr Atef Meshreky. Un ouvrage largement utilisé à Saint-Loup au sein de la Communauté et lors de séminaires et retraites. Selon le souhait de l’auteur, son aspect reste celui d’un recueil de prières classique qui en fait un petit bijou de papier. Un travail important de relecture et de corrections a été fait. La présentation de ce livre se fera durant l’année 2024. Toutefois, il est déjà disponible à Saint-Loup et via notre shop en ligne.
Le travail et les conseils de l’Imprimerie de Vallorbe nous ont été précieux. Merci à eux ! Merci également aux librairies qui participent à la diffusion de ces ouvrages. Et bien sûr, merci à toutes celles et ceux qui ont acheté un de nos livres. Nous espérons vous offrir, au travers d’eux, de nouvelles ressources et richesses.

Lucille Lapierre, Chantal Maquelin et Anne-Lise Sprunger, pour les Éditions de Saint-Loup

« Je n’ai pas honte de l’Évangile de Christ : c’est la puissance de Dieu pour le salut de tout homme qui croit, du juif d’abord, mais aussi du non-juif. » Romains 1:16

Nous croyons que le Saint-Esprit, nous a mis à cœur cette affirmation de l’Apôtre Paul pour nous appeler à être des témoins du Christ fidèles et courageux dans ces temps troublés. Je n’ai pas honte de l’Évangile !

Mais de quoi parlons-nous ? Évangile est un mot grec qui veut dire bonne nouvelle dans le sens de celle qui annonçait une grande victoire sur un danger ! De quoi est fait cette « bonne nouvelle » ? Quel en est le noyau ? Nous savons que notre planète possède un noyau dont dépend la force de gravité terrestre nécessaire à la vie. Qu’est le noyau de l’Évangile ? Ce n’est ni une morale, ni même une religion, c’est quelqu’un ! 

Jésus-Christ, le Fils éternel du Dieu unique et vivant. Un avec le Père et l’Esprit Saint. Le monde a été fait par lui et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans Lui ! Il est l’accomplissement des prophéties du premier testament en naissant de la vierge Marie par le Saint-Esprit. Il a vécu en homme accompli selon le projet éternel du Père. Vraiment Dieu, vraiment homme, il est le seul capable de sauver les pécheurs que nous sommes par le don de sa vie. Il a été crucifié, afin de nous racheter par son sang pour le pardon de nos péchés. Il est ressuscité le 3ème jour, afin de vaincre la mort pour nous faire naître à la vie dans la communion de Dieu. Il fait de nous un royaume de fils et de filles pour Dieu. Et il revient bientôt pour établir son règne, juger les vivants et les morts et faire toute chose nouvelle.

Il est notre Sauveur, il est notre Seigneur, il est notre Dieu ! Cela ne saurait être négociable !

En recevant le verset pour l’année 2024, nous recevons 5 dimensions contenues dans l’Évangile.

1. L’Évangile nous révèle le cœur de Dieu.

Jésus-Christ est le cœur de l’Évangile et Jésus-Christ nous révèle le cœur de Dieu tel que le prophète Esaïe nous le déclare.

En effet, voici ce que dit le Très-Haut, celui dont l’habitation est éternelle et le nom saint : J’habite dans les hauteurs et la sainteté, mais je suis aussi avec l’homme brisé et abattu afin de redonner vie à l’esprit abattu, afin de redonner vie au cœur brisé.

Non, je ne veux pas lancer éternellement des accusations, je ne veux pas m’irriter indéfiniment, car il est trop faible devant moi, l’esprit, le souffle des êtres que j’ai moi-même faits.

C’est à cause de ses profits criminels que je me suis irrité et que je l’ai frappé. Je me suis caché, dans mon indignation, et le rebelle a suivi le chemin que lui indiquait son cœur. J’ai vu sa conduite, mais je le guérirai. Je le guiderai et je lui assurerai une pleine consolation, à lui et à ceux qui sont en deuil à cause de lui. Je ferai naître la louange sur leurs lèvres, je donnerai la paix, oui la paix à celui qui est loin et à celui qui est près, dit l’Éternel, et je les guérirai. Esaïe 57.14ss

2. L’Évangile nous appelle à la foi.

En effet, c’est l’Évangile qui révèle la justice de Dieu par la foi et pour la foi, comme cela est écrit : Le juste vivra par la foi. Romains 1.17

Cela nous parle de la doctrine de la justification par la foi développée par l’Apôtre Paul et chère aux réformateurs. Il en ressort que nous ne pouvons pas être sauvé par notre propre justice du fait de l’inclinaison de notre nature pécheresse, mais Dieu nous fait la grâce de participer à la justice du Christ au moyen de la foi.

En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Éphésiens 2.8

Ainsi la foi s’appuie sur l’œuvre de Dieu, comme un enfant qui se lance dans les bras de son père.

3. L’Évangile nous unit dans la foi.

Le début de la lettre de Paul aux Romains commence par une action de grâce qui célèbre la communion de la foi qui unit les juifs et tous les non-juifs. La foi en Christ est un trait d’union qui défie les clivages raciaux, sociaux et culturels.

4. L’Évangile est la puissance de Dieu.

En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et qui croit à celui qui m’a envoyé a la vie éternelle ; il ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. Jean 5.24

Jésus n’est pas venu pour nous améliorer, mais pour nous faire passer de la mort à la vie par le baptême de sa mort et de sa résurrection ! Ainsi l’essence de la vie chrétienne est surnaturelle et nous en faisons l’expérience par le Saint-Esprit !

5. L’Évangile nous appelle à être témoins.

Je n’ai pas honte de l’Évangile écrivait Paul, en annonçant ce message dont le centre est un crucifié, alors qu’il s’adressait à une culture qui rendait un culte à la domination par la force. Pourquoi n’a-t-il pas honte ? Parce que la puissance de l’Évangile est d’une nature qui ne s’exprime pas dans la domination, mais dans la transformation des cœurs qui l’accueillent.

L’apôtre Paul et tous ceux de la première église savaient que la parole et l’œuvre du Christ est puissance de Dieu parce que leur vie en avait été transformée !

Qu’en est-il de nous à l’heure où nous avons tendance à adapter l’Évangile à notre société pour le rendre plus acceptable ? Pour quel résultat ? La perte de sa puissance ! Personne ne sait de quoi 2024 sera fait, et ces dernières années nous ont montrés que tout peut basculer très vite ! Le verset de cette année est un appel à être des témoins au travers de notre manière de vivre et d’annoncer le Christ. C’est un appel à une foi courageuse qui n’a pas honte de la parole de Dieu et à la dépendance de l’Esprit. Dans un proche avenir le monde cherchera des chrétiens debout par une puissance surnaturelle. Certains accueilleront leur témoignage, d’autre le combattront.

C’est notre défi, que le Seigneur nous soutienne et nous fortifie.

Ecrit par Philippe Bottemanne, pasteur de la Communauté de Saint-Loup

Jusque-là, la formation était possible, selon les différents cursus (école plein temps, formation duale, avec maturité…) sur les sites de Vevey, Morges et Saint-Loup. A terme, 1100 élèves seront réunis à Saint-Loup dans un bâtiment de 3 étages, soit plus de 7’000 m2 d’espaces d’apprentissage (50 classes), comprenant aussi une médiathèque, des locaux administratifs, un réfectoire.

Plateau de SAint-Loup et projet de la nouvelle ESSC

Plan et images © Atelier Cube SA.

intérieur ESSC

L’ESSC de Saint-Loup occupe actuellement le bâtiment « Les 4 Vents ». Il sera entièrement rénové et réhabilité pour offrir des chambres et des logements mixtes aux apprentis et au personnel travaillant sur le site. Des espaces communautaires seront aménagés à chaque étage. L’Institution des diaconesses de Saint-Loup prend entièrement en charge la rénovation de ce bâtiment, ainsi que celle de la cuisine de restauration collective.

L’accès au plateau de Saint-Loup sera amélioré en collaboration avec les communes de Pompaples et de La Sarraz, notamment aux bus, dont la cadence, tout comme celle des trains, sera augmentée. Des places de stationnement seront aménagées pour les vélos, trottinettes et les deux-roues motorisés.

La Communauté de Saint-Loup se réjouit de partager avec les apprenties et apprentis les richesses naturelles de son plateau. Des infrastructures sportives sont prévues à proximité.

La mission des diaconesses, dont l’Institution a vu le jour en 1842, est portée sur le soin à la personne « dans son entier ». Depuis 1947 (année à laquelle la Croix-Rouge reconnait son programme de formation), Saint-Loup a été un lieu d’apprentissage pour des centaines d’élèves infirmières et infirmiers jusqu’en 2005, puis de nombreux ASSC. L’Institution a jugé bon d’accorder à l’Etat un droit de superficie de 99 ans pour ce bâtiment qui contribuera, dans toute sa modernité, à servir le milieu de la santé.

L’Institution des diaconesses de Saint-Loup et sa Communauté (21 diaconesses et 9 membres) se réjouissent de cette cohabitation qui s’ajoute à la liste concrète des projets d’avenir pour le site de Saint-Loup.

Collaboratrice à l‘Accueil, mon travail consiste entre autres à entourer les hôtes qui prennent un temps de retraite. Et je constate depuis ces années, qu’être entourée de personnes consacrées ne laisse pas indifférent. Je vois là un des héritages fort de l’œuvre des diaconesses. Vivre une vie proche de Dieu, qui nous transforme et qui impacte ceux qui nous entourent. Lors de la célébration d’adieu de Sœur Elisabeth, mon cœur a été fortement touché par son témoignage de vie. Une vie donnée, consacrée et en fait … une vie pleine et influente ! Une vie qui a du sens.

Les diaconesses, bien sûr, ont chacune fait ce choix. Elles l’ont vécu, le vivent encore ! Cela est aussi visible chez plusieurs personnes qui œuvrent ici, et également au sein du noyau de la Communauté élargie. Ce parfum de consécration imbibe les lieux, il m’interpelle et questionne plus largement celles et ceux qui viennent. En effet, plusieurs hôtes font écho de cela dans nos échanges.

Je reconnais, depuis que mes pieds ont foulé le sol de Saint-Loup, cette recherche sincère a pris davantage place en moi. La vie de ces personnes est un modèle qui m’inspire et m’encourage à prendre ma juste place devant Dieu et avec les autres.

Ce riche héritage des diaconesses est une invitation à chercher « sa propre consécration », lui donner l’espace pour devenir et pour impacter, à notre tour, notre génération. Chacun à sa juste place.

Camille Weijers, collaboratrice à la Montagne de prière

Lorsqu’en 2018 la Communauté et l’Institution des diaconesses se sont déterminées pour la nouvelle vision — Saint-Loup un lieu mis à part, de vie communautaire, où rencontrer le Christ, être accueilli et restauré, afin d’aller et témoigner de l’amour du Père par l’Esprit Saint — cette décision communautaire venait pour ainsi dire, couronner la fin de la septième génération depuis la création de l’Institution des diaconesses. Un chemin nouveau s’est alors ouvert pour la huitième génération dans laquelle nous sommes entrés.

Témoignage de grâce, de force et de responsabilités clairement assumées tout au long des générations qui nous ont précédés !

Quel en est le secret ? Alors que notre aujourd’hui est caractérisé par la réussite immédiate, l’individualisme et, pour beaucoup, un manque de sens, de quoi a été faite la courroie de transmission à Saint-Loup pour permettre d’offrir à la génération actuelle un avenir fait d’espérance ? Je cite le fondateur de la Communauté, le pasteur Louis Germond qui nous a transmis la devise suivante : Dès le commencement, nous avons tout entrepris par la foi. La méthode s’est révélée trop bonne pour que l’on fut tenté d’en changer.

Bien sûr, il y a un savoir-faire qui a été transmis, ainsi que certaines traditions et autre héritage. Mais il y a tout d’abord une parole prophétique reçue par Henri Juvet transmise à Louis Germond, 1827. Une parole remplie de l’Esprit du Christ, laquelle parole garde encore toute sa force pour nous aujourd’hui — Dieu aura pitié de ce coin de terre. La lumière qui jadis brilla ici se rallumera. Cette maison où l’on s’amuse deviendra une maison de prière. Moi je ne le verrai pas, mais toi, Louis tu le verras.

La substance de la courroie de transmission est à trouver en Dieu et ses écrits. Dieu aime les générations. Il accomplit son œuvre notamment de génération en génération.

Afin qu’elles vivent et deviennent, il pose des paroles et des actes par lesquels il transmet sa vie et sa connaissance.

Écoute, Israël …  Les paroles que je te donne aujourd’hui demeureront sur ton cœur. Tu les inculqueras à tes fils. (Deutéronome 6. 4,7)

L’Éternel dit à Moïse : Prends Josué, fils de Noun, homme en qui se trouve l’Esprit ; et tu poseras ta main sur lui. Tu le rendras participant de ta dignité, de sorte que toute la communauté des Israélites l’entende. (Nombres 27. 18,20)

Jésus dit : Allez donc auprès des gens de tous les peuples et faites d’eux mes disciples ; … enseignez-leur à pratiquer tout ce que je vous ai prescrit. (Matthieu 28.19-20)

Dieu ne transmet pas d’une manière théorique ou au moyen de projets. Par son Fils Jésus, Dieu s’est entièrement livré. Jésus quant à lui avait non seulement annoncé sa résurrection (Jean 11), mais au lendemain de Pâque, il transmet le message de la Bonne Nouvelle en allant à la rencontre de ses disciples dans la chambre haute, leur montrant les marques des clous et de l’épée qui transpercèrent sa chair, annonçant la paix pour un temps nouveau.

Nos communautés ne sont-elles pas fragilisées par manque de transmission ? Grand est alors le risque de rester à notre tour enfermé dans nos espaces de crainte, d’incertitude, oubliant la vision et les paroles que Dieu avait prononcées.

À plusieurs reprises et de différentes manières Dieu a dit à son peuple « Souviens-toi ».

Dans Jérémie 6.16 nous lisons « Voici ce que déclare le Seigneur : Allez sur les routes et voyez ce qu’il en est. Informez-vous des expériences du passé. Cherchez le bon chemin, suivez-le et vous vivrez tranquilles. » (NFC)

À la suite du Christ, nous sommes invités, personnellement et communautairement à transmettre les nombreuses bénédictions reçues. Ce faisant, nous verrons que l’Éternel nous montrera des trésors cachés que nous désirerons encore transmettre à la prochaine génération.

Anne-Lise Sprunger, Responsable du ministère à la Montagne de prière et Présidente de CoPil Avenir Saint-Loup